Communiqué de presse

Monsieur le Ministre, qu’avez-vous fait de notre RTT ?

 

Depuis des années, la CGT revendique une programmation pluriannuelle des recrutements d’enseignants. Cette programmation, réalisée en associant la connaissance de la pyramide des âges, les départs en retraite et les besoins nouveaux, est une nécessité.

Le fonctionnement à l’année, inscrivant des ouvertures globales aux concours, puis des répartitions arbitraires par discipline, nous a toujours paru un non sens.

Aussi, nous ne pouvons qu’approuver la démarche prévisionnelle.

Pour autant, si démarche prévisionnelle il y a, la moindre des choses consiste, après prévision, à inscrire celle-ci dans chacun des budgets de l’Etat.

Or, le ministre J. Lang nous annonce un plan pluriannuel alors que le budget 2001 est en phase de vote.

Enfin, c’est bien corps par corps, discipline par discipline qu’il faut chiffrer les besoins en postes d’enseignant.

Il serait aussi judicieux, vis-à-vis des annonces publiques, de discerner clairement les ouvertures de concours, les transformations d’emplois d’auxiliaires en emplois de titulaires et les créations nettes d’emplois.

Comme pour le budget 2001, le ministre quitte le dogme du gel de l’emploi public. Ceci dit, les effets d’annonce ne répondent pas aux besoins d’emplois dans l’Education nationale.

Par ailleurs, sans effort dans les recrutements d’étudiants dans certaines disciplines, les postes ouverts aux concours risquent de rester vacants faute de candidats titulaires de licences ou maîtrises.

Dans le 1er degré, le second degré et le Supérieur, il faut amorcer les créations d’emplois pour répondre aux revendications immédiates :

- directeurs 1er degré

- disparition des discriminations horaires des enseignants EPS, musique, enseignements artistiques, PLP et instituteurs SEGPA – EREA,

- IATOSS.

Enfin, le ministre Jack Lang ignore la réduction du temps de travail, celle qui s’installe majoritairement dans les entreprises privées et publiques et celle annoncée par le décret fonction publique du 25 août 2000.

C’est au budget 2001, et dès la rentrée de septembre 2001, qu’il faut appliquer la réduction du temps de travail de telle sorte que l’échéance du 01.01.2002 soit respectée !

L’UNSEN-CGT appelle les personnels de l’éducation à exprimer encore plus fort leurs revendications :

- d’amélioration du système éducatif,

- d’amélioration des conditions de travail et d’emploi,

- de pouvoir d’achat.

L’UNSEN-CGT appelle à agir dans les lycées, les collèges, les lycées professionnels, pour que les PPCP (projets pluridisciplinaires à caractère professionnel), les travaux croisés et les TPE (travaux personnels encadrés) ne soient pas dévoyés en outils d’exploitation, de déréglementation et de flexibilité, sans efficacité à la clef pour les élèves.

L’UNSEN-CGT appelle à intensifier les actions 1er degré, les actions dans l’enseignement adapté du 21 novembre, l’action fonctionnaire dans le cadre des négociations salariales le 21 novembre.

Montreuil, le 16 novembre 2000

Télécharger le tract avec Acrobat reader