Pour une véritable mixité !

Selon une étude du CEREQ (Centre d’études et de recherche sur les qualifications), quelque soit le niveau d’études, les garçons réussissent plus facilement à s’insérer professionnellement que les filles. Cela est visible à la fois dans le taux de chômage, le temps de travail (souvent partiel imposé), la position professionnelle et le salaire.

Cette situation est notamment due à l’orientation des filles qui constituent 75% des sortants de la filière tertiaire de niveau V à III, alors qu’elles ne représentent que 15% des filières industrielles. Or selon l’étude, les filières tertiaires se caractérisent par une surqualification à l’embauche et une plus grande précarité. De plus, l’étude montre que les garçons qui choisissent une filière dite " féminine " s’insèrent mieux que les filles de ces mêmes filières.

Dans les filières mixtes comme le droit et la biologie, les inégalités sont encore plus fortes : même avec un diplôme de niveau I, les salaires des hommes sont supérieurs de 20% à ceux des femmes.

Pour les filles qui ont choisi des filières traditionnellement masculines, si elles réussissent mieux à s’insérer professionnellement que leurs consœurs. Cela reste plus difficile que pour les garçons des mêmes secteurs, d’autant plus, si elles entendent ne pas occuper un poste classique, après leur formation.

Voilà une étude qui vient confirmer de manière flagrante, la discrimination sexiste tant dans le domaine professionnel que scolaire. La lutte contre l’orientation et les discriminations sexistes est un combat à mener au quotidien.

 

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93