Pour la titularisation de tous !

La lutte contre la précarité est toujours d’actualité. Le ministère de l’éducation nationale fait grand cas d’une augmentation du nombre de postes mis au concours cette année : c’est oublier qu’il y en a moins aux concours internes et réservés

En conséquence, nous devons à la fois aider nos collègues non-titulaires à préparer le concours réservé, l’examen professionnel et revendiquer la titularisation de tous MA étrangers compris.

C’est la raison de cette lettre-pétition au premier ministre.

Le Ministère ne fait pas mystère de sa volonté de conserver des précaires pour la " souplesse du système ", les remplacements.

Nous voulons des personnels titulaires pour assurer les remplacements. Notre crainte est de voir ce nouveau plan de titularisation secréter de nouveaux exclus : recalés aux concours faute de place, MA étrangers… Quel sort sera réservé aux contractuels embauchés chaque année ? Le Ministère reconnaît un turn-over annuel de 40% chez les contractuels.

38000 MA, contractuels et vacataires exercent dans le second degré. Ils doivent être tous à terme titularisés et bénéficier d’une formation pédagogique.

Les MA étrangers sont les grands oubliés de la loi. Nous devons mener une action pour obliger le Ministère à leur offrir une perspective de titularisation.

Pour toutes ces raisons, cette lettre pétition est à faire signer massivement et à faire remonter au syndicat.

M. le Premier Ministre,

Un nouveau plan de résorption de la précarité rentre en application cette année pour une période de cinq ans.

38 000 Maîtres Auxiliaires, contractuels ou vacataires travaillent dans les établissements du second degré (collèges, lycées, L.P., SES-SEGPA) et les GRETA.

A la mi-juin auront lieu les premiers concours réservés et examens professionnels. Le ministère de l’Education Nationale affiche une augmentation globale du nombre de postes mis aux concours de 15 %. Il oublie de rappeler qu’il y a cette année moins de postes aux concours internes (-700, soit –27,5%) et réservés (-575, soit –23,7%).

Ceci nous amène à exprimer les exigences suivantes :

Tous les précaires aspirent à une reconnaissance impliquant la sécurité de l’emploi, l’égalité de traitement, le déroulement de carrière. Et c’est bien normal !

Les besoins en personnel pour remplacer les départs en retraite, améliorer le fonctionnement du système éducatif, nécessitent une autre politique : recrutement et formation de personnels à la hauteur des besoins en postes et en remplacement, arrêt du recours à la précarité.

Soyez assuré, M. le Premier Ministre, de notre volonté de voir tous les précaires titularisés.

NOM PRENOM

DISCIPLINE

SIGNATURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93