Mesures Lang : une réforme diplomatique !

La réforme du collège présentée par J.Lang le 5 avril a mis fin provisoirement à la polémique sur le maintien ou non du collège unique.

Elle avait été largement alimentée par J.L.Mélenchon plaidant pour le maintien et la réouverture des 4e et 3e technologique.

Que voulait Mélenchon ?

- Donner à tout élève le droit de choisir son orientation à partir de 15 ans qu'il soit en 4e, 3e ou en seconde;
- Réouvrir des 4T et 3T en LP (actuellement 44500 élèves sont inscrits dans ces classes);
- Objectif avoué : recruter 50000 élèves pour l'enseignement professionnel soit l'équivalent du déficit de recrutement en LP depuis 2 ans.

Faire de l'âge l'élément-clé de l'orientation lui permet d'escamoter le débat sur le tronc commun jusqu'en 3e au profit de l'objectif du bac pour tous. J.Lang ne s'est pas engagé sur la fermeture des classes technologiques restantes. Le décret permettant leur ouverture n'est pas abrogé. Les recteurs conservent donc des marges de manœuvre. Celui de Toulouse a décidé d'orienter en LP 30% des élèves de 3e.

Dans le même temps, un sondage réalisé pour le SNES-FSU auprès de 2348 enseignants de moins de 35 ans faisait apparaître que 73% d'entre eux étaient hostiles au maintien du collège unique ressenti comme une "utopie irréaliste".

La réouverture en LP des 4T et 3T aurait été, dans ces conditions, l'occasion "d'évacuer" du collège les élèves indésirables, pas seulement en raison de leurs résultats scolaires mais aussi en fonction de leurs comportements. Ce n'est certainement pas un service à rendre à l'enseignement professionnel en quête d'élèves orientés positivement et non par défaut.

Et les SEGPA?

Les grands oubliés de la réforme. Quelques lignes tout au plus rappellent qu'elles n'ont pas vocation à accueillir les élèves présentant des difficultés non scolaires. Objectif d'ici 5 ans : 50% de ces élèves en LP pour préparer un CAP.
Rien pour définir plus précisément la mission de nos collègues PLP ou instit-PE spécialisés qui souffrent d'un manque de perspectives sur l'avenir de leurs classes et de leur métier.

 

Mélenchon recueillait le soutien du SNETAA qui milite pour la construction d'une filière professionnelle intégrée et étanche allant des 4T jusqu'au Bac Pro voire au BTS. C'était bien le seul soutien syndical dont il pouvait se prévaloir. Pour notre part, nous avons pris position contre la réouverture des 4T et 3T pour les raisons exposées ci-dessus.

Le "collège républicain" prôné par J.Lang , inspiré par le rapport Joutard, coincé entre Mélenchon d'un côté et F.Dubet de l'autre partisan du "collège pour tous", essaye de donner des gages à tout le monde.

Ce que prévoit la réforme ?

Les horaires : abandon des fourchettes horaires, retour à des horaires identiques pour tous.
6e : 26 heures disciplinaires + 2 h aide au travail personnel des élèves + 1 h à la disposition du collège.
5e et 4e : respectivement 26 h et 29 h dont, pour chaque niveau, 2 heures pour l'itinéraire de découverte et 1 h au libre choix.
3e : 29 h dont 4 h pour le domaine de découverte (6 au choix) soit 2 fois 2 h ou 4 h pour le domaine professionnel. Elle doit préparer aux premiers choix d'orientation.

Les évaluations : en 6e et en 5e (nouveauté) pour mesurer les progrès accomplis ou les difficultés qui persistent. Avec les évaluations instaurées dans le primaire, on assiste à une multiplication de ces contrôles d'étape qui risque d'instaurer une sélection et une filiarisation des élèves dès le primaire.

Le brevet : revalorisation du diplôme qui devient le brevet d'études fondamentales avec une épreuve anticipée en 4e.

Autres dispositions : liaison CM2-6e, dispositif d'intégration en douceur en 6e; élaboration d'un cahier d'exigences définissant les objectifs de la scolarisation en collège en terme d'acquisition. Le calendrier d'application va de 2001 à la rentrée 2003.

Les itinéraires et domaines de découverte. Ils remplacent les travaux croisés et les parcours diversifiés. Ils sont assurés par les enseignants. Interdisciplinarité, travail autonome de l'élève, travail en équipe les caractérisent. Ils seront évalués. Ils exigeront des enseignants un travail supplémentaire de préparation conséquent. Domaines de découverte en 3e : langues et cultures de l'Antiquité, langues et cultures du monde, arts, sciences expérimentales, technologie, découverte professionnelle. Autrement dit des domaines très différents qui peuvent encourager le regroupement dans les mêmes classes des élèves en fonction du domaine choisi.

Le collège est actuellement un maillon faible du système éducatif. Il rencontre des difficultés avec les élèves qu'il accueille. L'échec scolaire, la violence ont terni son image. L'expérience ou la connaissance de la vie des jeunes de collège déroutent plus d'un adulte. Pour partie, il hérite de jeunes qui, sortis de l'école primaire, sont déjà en difficulté. Un certain nombre de critiques convergent pour mettre en cause la finalité du collège comme préparant uniquement à l'entrée au lycée avec les répercussions que cela peut avoir sur la conception des programmes et les méthodes pédagogiques. En ce sens, la massification des effectifs n'a pas débouché sur la démocratisation des savoirs et des apprentissages.

A cela s'ajoute les collèges surchargés, le nombre trop élevé d'élèves par classe et les heures supplémentaires qui aggravent les conditions de travail.

Formellement, J.Lang conserve la structure unique du collège. Néanmoins, par le biais des itinéraires de découverte en 5e et en 4e, des domaines optionnels en 3e (issus du rapport Joutard et de ses réflexions sur les différentes formes d'intelligence), peuvent se reconstituer de façon plus ou moins implicite des filières, des pré-sélections ou orientations précoces, au gré des établissements.

2h hebdomadaire seront consacrées en 5e et en 4e aux itinéraires suivants : nature et corps humain, arts et humanités, langues et civilisations, initiation à la création et aux techniques. Si les 4 itinéraires sont obligatoires, les apparences sont sauves et l'égalité maintenue. Si, au contraire, ils restent optionnels ou à la discrétion des collèges, il y a fort à parier qu'un tri sélectif sera fait entre les élèves: très vite seront repérés ceux et celles qui iront en LP.

Nos craintes sont encore plus vives à propos de la classe de 3e. A ce niveau, les sorties du collège pour les élèves en difficulté sont prévues : passage en 3e d'insertion, en classe-relais, en LP, dans un autre établissement pour les 15% d'élèves en difficulté. Le tout doit être piloté par un petit groupe de professeurs. Une convention sera obligatoire pour l'accueil en LP d'élèves de collège. Alors, demi-victoire pour Mélenchon ?

Le Ministère a du pain sur la planche. La réforme s'applique à la rentrée 2001 pour les 6e. Il doit élaborer l'évaluation à l'entrée en 6e en français et mathématiques mais aussi dans d'autres matières (lesquelles ?). Personne ne connaît le contenu du parcours "initiation à la création et aux techniques". Il doit également mettre au point le cahier d'exigences qui déterminera ce qu'on attend d'un élève de collège, ce qu'il doit acquérir.

Les inconnues et les questions sont nombreuses. Inévitablement, le débat rebondira.

 

 

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93