Décembre 2002 : Des listes CGT dans toutes les catégories

 Le 3 décembre 2002 se tiendront les élections professionnelles dans  toute l’éducation nationale pour élire les représentants syndicaux dans les différentes commissions paritaires. Ces commissions paritaires sont un outil pour les personnels afin que la gestion de leur carrière ne soit pas laissée à l’arbitraire de l’administration.

Pour la CGT, défense individuelle et défense collective sont indissociables.

Ces élections sont une occasion pour les personnels de l’Education de se prononcer sur l’état et l’évolution du système éducatif. C’est pourquoi, la CGT entend être présente dans la plupart des corps, du premier au second degré, des CPE aux PLP, en passant par les MI-SE, aides-éducateurs, certifiés et agrégés, afin de faire connaître nos propositions pour l’école.   

Celles-ci portent sur le développement du service public d’éducation et sa nécessaire transformation

Lors de ces élections, nous entendons dénoncer la panne de la démocratisation de l’école. A tous ceux qui, prétextant les difficultés de l’école à faire face à la difficulté scolaire, à la précarité de certaines familles, cherchent à revenir sur la massification scolaire, nous opposerons l’idée d’un plan d’urgence pour transformer l’école :

Pour que l’école soit une véritable priorité, nous réaffirmerons lors des élections, que réformer le système éducatif est une nécessité. Les précédentes propositions  doivent guider les orientations de la réforme que nous souhaitons pour donner à tous un égal accès à des savoirs de qualité. Les réformes ministérielles en cherchant à adapter l’école aux exigences libérales, vont à l’encontre de cet objectif. 

Pour transformer et développer le service public d’éducation, l’amélioration des conditions d’enseignement est une absolue nécessité. Les enseignants comme l’ensemble du personnel ont droit à la  réduction du temps de travail. Celle-ci doit s’accompagner d’un temps de concertation inclus dans le temps de travail pour répondre à la croissante difficulté d’enseigner, à la multiplication des tâches.

La précarité est une injustice. Elle a aussi pour conséquence l’instabilité des équipes dans les établissements. Nous nous présenterons pour la titularisation de tous  les précaires en poste sans condition de concours, ni de nationalité, et pour la fin de la précarité.

Nous faisons tous le même métier, cela pose également la nécessité d’aller vers un corps unique de tous les enseignants. Nous sommes des salariés. A ce titre, nous voulons agir pour défendre nos retraites, la revalorisation des pensions, la prise en compte des années d’étude, les 37,5 annuités pour tous et la retraite à 60 ans (public et privé).

En 20 ans, nous avons perdu 20 à 25% de pouvoir d’achat. Nous voulons le rattrapage du pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires.

 Nous nous présenterons aux élections sur la base de nos propositions, mais aussi sur l’affirmation d’une démarche syndicale qui prend appui sur les luttes pour créer le rapport de forces nécessaire. A partir des acquis de ces luttes et de la légitimité reconnue sur le terrain social, nous voulons élargir notre représentativité électorale dans toute l’Education nationale.

 Depuis 10 ans, la CGT progresse en adhérents et en voix dans les écoles, lycées et collèges. Les élections professionnelles de décembre 2002 doivent constituer une nouvelle étape pour faire connaître et faire partager notre démarche revendicative, avec les candidates et candidats que nous présenterons ! Affirmer notre présence est une nécessité pour infléchir les décisions à partir des revendications des personnels.

Pour cela, aujourd’hui, nous nous adressons à tous ceux et toutes celles, syndiqué-e-s ou non qui pensent que la présence de la CGT lors des élections professionnelles est importante pour défendre ces propositions de nous aider à constituer des listes en y participant.

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93