Extraits du document d’orientations adopté au 4e congrès

Sur le Lycée des métiers:

[…] Nous sommes opposés au concept du lycée des métiers […] Pour la CGT la « démarche de labellisation » comme la « démarche qualité » qui l’inspire est dangereuse. Ce concept de « label » utilisé dans « l’économique » fait son apparition dans le service public. Pour l’UNSEn, cette notion est en soi incompatible avec celle du service public d’éducation et de formation, assurant une égalité d’accès et de qualité de formation pour tous. Elle génère un risque de système éducatif à deux vitesses : les « labelllisés » et les autres (risque reconnu d’ailleurs par le ministère lui-même). Elle induit une approche marchande du système éducatif. La course à la « labellisation » pourrait devenir le « sport favori » de certaines équipes de direction en terme de marketing, au détriment de la cohérence et de la qualité. […]

Nous refusons que ces orientations soient utilisées par le Rectorat et la Région comme un moyen de pression pour « invite » des établissements à intégrer un dispositif dont ils ne seraient pas maîtres et, par ce biais, se voir imposer des missions redéfinies. […]

Tous les contrats de plan Etat/Régions font référence à la mise en place de plate-formes technologiques dans les lycées. Nous avions dit, à l’époque, que nous refusions que le service public d’éducation et de formation soit prestataire d’intérêts privés.

Nous le pensons toujours. […]


Sur la RTT :

Comme tous les salariés de ce pays, les enseignants doivent bénéficier d’une réelle réduction du temps de travail. Notre revendication est de porter respectivement les obligations hebdomadaires de 18 à 16h et de 15 à 14h.

[Par ailleurs] Une réorganisation des services hebdomadaires ‘impose incluant des heures de concertation sur le temps de travail.

 

Sur le corps unique :

Tout milite aujourd’hui pour unifier les statuts des personnels enseignants, d’abord du 2nd degré puis avec le 1er degré dans un second temps.

De nouvelles disciplines sont à construire à partir de celles des statuts actuels

 

Sur la précarité et les concours :

La CGT se prononce pour l’accès aux concours de l’EN et à la titularisation de tous les ressortissants étrangers dans les mêmes conditions que ceux de l’union européenne. … Nous revendiquons le réemploi de tous, la titularisation sans concours, ni examen professionnel. Ces mesures doivent être accessibles à tous les enseignants étrangers.

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93