Les élèves-profs reçus au ministère

A peine la baisse du nombre de postes aux concours internes PLP connue, la CGT-Educ’action appelait à une assemblée générale de tous les élèves-professeurs sur l’IUFM de Saint-Denis.

Plus d’une soixantaine sur 97 étaient présents, déterminés à entamer une action pour refuser cette diminution du nombre de postes. Rappelons que les élèves-professeurs sont d’anciens non-titulaires ayant passé un concours de cycle-préparatoire pour accéder au concours interne.

Depuis plusieurs années, la CGT-Educ’action portait deux revendications essentielles : la stagiarisation automatique à l’issue des deux ans de formation et la validation diplomante.

Ces deux revendications ont été adopté comme plate-forme par les élèves-profs.

Lors du salon de l’éducation, ceux-ci ont interpellés le ministre. Ils ont été reçus en audience par Daniel Assouline, directeur de cabinet de Mélenchon le 21 novembre. Celui-ci n’a rien répondu sur le fond des revendications, mais certifie que des consignes seront donnés aux jurys des concours réservés, auxquels ont également droit les élèves-professeurs pour leur faire prendre positivement en compte la situation de ces non-titulaires présents à l’IUFM. Il a également assuré qu’il y aurait, dans chaque discipline, au moins autant de postes aux concours qu’il y a d’élève-professeur.

Enfin, en ce qui concerne la validation diplomante, ce dossier sera étudié, y compris de manière rétrospective, en prenant exemple sur ce qui est en préparation, pour les cycles-préparatoires externes.

Dans la perspective de la fermeture des cycles-préparatoires internes en septembre 2002, la CGT-Educ’action a réaffirmé, qu’il serait inacceptable qu’un seul élève-professeur soit en échec. Affaire à suivre.

 

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93