Saint-Denis, le 16 juin 2000

  

Monsieur Lang

Ministre de l’Education Nationale

 

Monsieur,

En tant que responsable académique de l’UASEN-CGT, j’interviens auprès de vous à propos d’une épreuve d’examen.

Plusieurs enseignants qui surveillaient l’épreuve Economique et juridique du BEP comptabilité et secrétariat ont attiré notre attention sur certaines questions de cette épreuve.

Il s’agissait d’étudier des documents concernant le travail des femmes, sujet très intéressant. Cependant certaines questions relèvent d’une orientation très inquiétante dans laquelle l’aspect d’inégalité hommes-femmes disparaissait complètement :

En effet, la question H demandait aux candidat(e)s de " justifier le temps partiel pour les femmes" occultant l’idée de " temps partiel subi" pourtant présente dans les documents.

Mais surtout la question J sollicitait la réflexion des candidat(e)s de la façon suivante :

" Paradoxalement, certaines femmes souhaitent travailler et d’autres rester à la maison. Donner 2 raisons qui motivent les unes à travailler et une bonne mesure sociale qui inciterait davantage les autres à rester à la maison. Rédigez votre réponse" . (question sur 3 points)

Dans quel abîme de réflexion avez-vous plongé les candidat(e)s ? Les deux termes du débat ne sont pas équivalents.

En effet, d’un côté le travail des femmes est une réalité. C’est un aspect de l’évolution de nos sociétés, du changement des mentalités, des valeurs reconnues etc. Il est donc tout à fait légitime de demander d’expliciter les motifs de cette évolution.

Mais par ailleurs il s’agit de faire tourner la roue à l’envers puisque les candidat(e)s sont prié(e)s d’imaginer, de trouver " une bonne mesure sociale" pour en " inciter d’autres à rester à la maison" . Quelle est donc l’idéologie sous-jacente qui préside à cette demande si ce n’est celle du retour des femmes au foyer (thème cher à la droite et à l’extrême droite) ?

La sanction de la note va contraindre les candidat(e)s à répondre, à leur corps défendant : salaire maternel ? allocations substantielles ? etc.

Il se trouve que le 17 juin une grande manifestation a lieu à Paris dans le cadre de la Marche mondiale des femmes contre la pauvreté, les exclusions, les discriminations.

Force est de constater qu’il y a dans cette épreuve comme un vieux retour de l’ancien temps, de l’époque où les spécificités sociales cantonnaient chacune et chacun a un rôle bien précis : les hommes travaillent, les femmes élèvent les enfants. Epoque révolue vous en conviendrez.

En tant que syndicat, nous ne nous pouvons admettre l’orientation donnée à ce sujet et nous rendrons publique notre position.

S’il se trouve des correcteurs qui lors de la commission d’harmonisation, de la correction des épreuves proposent d’annuler ces questions, ils auront tout notre soutien.

 

Jean-Pierre Blanchouin

Secrétaire Académique

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93