Saint-Denis, le 22 mars 2002

 

Lettre du bureau départemental N°16

A photocopier et à diffuser aux syndiqué-e-s

Cher-e camarade,

 

L’action est à engager contre le lycée des métiers et pour le développement égal et harmonieux des trois filières de formation.

Sur l’académie de Créteil, 6 syndicats se sont mis d’accord pour signer la déclaration et la pétition ci-jointe. Elle doit être présentée et signée dans les établissements, de façon unitaire.

Le BO du 14 mars publie la liste des lycées où des filières ont été labellisées par le ministère (il y en a 7 sur l’académie). Le lycée des métiers fait peser un danger réel sur la formation, les conditions de travail et le statut des personnels.

Sachant que sur l’académie de Versailles, une démarche identique est engagée, l’objectif est d’organiser une action en direction du ministère.

C’est pourquoi, nous proposons les dates suivantes :

-             Jeudi 4 avril à 18 h, à la bourse du travail de Paris, réunion intersyndicale des 3 académies de l’Ile-de-France

-             Mercredi 10 avril, initiative en direction du ministère de l’enseignement professionnel avec demande d’audience, délégations d’établissements.

Beaucoup de proviseurs font eux-mêmes et sans transparence acte de candidature pour le lycée des métiers. Là où les CA ont voté contre, les établissements n’ont pas été labellisés. La vigilance est donc nécessaire.

Les concours et examens professionnels sont en cours. Le BO n°5 du 14 février 2002 a publié le nombre et la répartition des postes pour les concours externes, internes et réservés. Nous manquons d’informations sur la façon dont les examens professionnels se sont déroulés.

Un premier courrier a été envoyé à Jack Lang pour l’alerter, une fois de plus, sur l’attitude de certains jurys qui recalent ardemment. Faites-nous remonter les infos que vous avez.

D‘autre part, il faut continuer à être attentif sur le sort des MA, contractuels et vacataires (notation, affectation pour l’an prochain).

 

Concernant les instits et PE spécialisés en SEGPA, nous vous joignons le communiqué de presse du syndicat national. La réduction du temps de travail serait de deux heures avec à la clé une remise en cause du statut actuel des collègues concernés. Quelle sera l’échéance ?

La division syndicale est restée en l’état au niveau national. Et sur le département, l’intersyndicale n’existe plus. La revendication des 18 heures reste d’actualité ! Nous interrogeons les collègues concernés : que pensez-vous des propositions ministérielles ?

 Des actions sont en perspective :

-             le 28 mars pour les 35 heures hebdomadaires des CPE. Le ministère de la fonction publique refuse le statut proposé parce qu’il considère que 35h X 39 semaines ne totalisent pas les 1600 heures annuelles prévues par le décret Sapin (voir tract joint)

-             le 4 avril : appel intersyndical à la grève pour un moratoire des itinéraires de découverte, TPE, PPCP dans les collèges, lycées (appel joint et pétition de l’UNSEN)

 

Rentrée 2002 : Le prochain comité technique paritaire académique a lieu le 11 avril. Nous rappelons que l’UASEN-CGT a été exclue du groupe de travail par le rectorat par requête d’un syndicat. D’ici-là, les CA doivent se prononcer sur les DHG, les postes, les transformations d’HSA. Celles-ci sont calibrées à 8-9%. On peut faire baisser ce pourcentage pour offrir des supports d’emploi ou de réemploi. Le rectorat a diminué le quota horaire attribué aux classes non-francophones. D’ores et déjà, dans certains établissements, des motions adoptées au CA auraient permis que ces heures soient réaffectées. C’est un exemple à suivre

Le CA a le pouvoir de répartir des heures non affectées dans les grilles horaires. Veillez à ce qu’elles ne soient pas utilisées pour introduire la flexibilité. Exigez du rectorat des moyens supplémentaires pour des dédoublements

 

La mobilisation nationale des aides-éducateurs du 21 mars a été réelle pour la province, très faible en région parisienne. Là encore, la division syndicale règne. Il n’y a pas eu d’audience unique, du fait du SNU-ipp-FSU. La réponse du ministère concernant l’avenir des aides-éducateurs est le statu-quo : après 5 ans, ils doivent laisser la place.

800 places leur ont été réservées cette année pour accéder aux métiers de l’enseignement par le biais des concours 3e voie.

 

Congrès de l’UD-CGT : Il a regroupé environ 600 délégués, beaucoup de débats et d’interventions ; un appel final pour une action départementale a été voté. Le candidat du SDEN-CGT (Michel Bidaux) à la commission exécutive n’a pas été réélu. Motif : l’âge. Pourtant, il avait été personnellement sollicité par les responsables de l’UD ! Bref, y a un problème !

 

Mutations : le serveur pour le mouvement intra-académique sera ouvert du 9 au 30 avril. Les commissions du mouvement inter devraient se terminer le 11 avril, les postes vacants ne seront donc connus qu’après cette date.

 

Nous vous envoyons un fichier à nous renvoyer pour collecter toutes les adresses e-mail des syndiqué-e-s de votre section.

Nous attendons de vos nouvelles et.

 

Amicalement et à bientôt,

Michel Bidaux

Secrétaire départemental

Documents joints :

-          Pétition et déclaration intersyndicale sur le lycée des métiers

-          Communiqué de presse de l’UNSEN sur les SEGPA

-          Tract CPE

-          Appel intersyndical (recto) et pétition CGT sur les itinéraires de découverte (verso)

-          Tableau pour collecter les adresses e-mail des syndiqué-e-s

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93