Pour un 1er mai unitaire

Tous ensemble, reconstruisons l’espoir

Non au fascisme !

Non au libéralisme !

 

Les résultats du 1er tour de la présidentielle sont le symptôme d’une profonde crise de société.

Le véritable débat démocratique n’a pas eu lieu. La campagne électorale a été polluée par un insupportable matraquage médiatique sur l’insécurité et la peur. D’intolérables discours de haine ont été véhiculés. Quant aux revendications légitimes des salariés et des chômeurs, elles n’ont pas été entendues, débattues, prises en compte.

Ce non-débat n’a fait qu’accentuer la fracture entre les salariés, la jeunesse d’une part, et les dirigeants politiques d’autre part. Ces derniers n’ont pas cessé de mener, depuis des décennies, une politique de casse du service public, de dénigrement de l’éducation nationale, de précarisation et de paupérisation de l’ensemble du salariat, public ou privé, d’attaques contre les droits sociaux, de remise en cause des retraites...

La conséquence, c’est Le Pen à 17%, c’est-à-dire la menace d’une politique ultra-libérale, de destruction des droits des salariéEs, de ségrégation raciale.

L’heure est à la mobilisation

 

Le 1er mai n’a jamais appartenu, n’appartiendra jamais aux racistes, aux sexistes et homophobes, aux fascistes.

Le 1er mai est la journée internationale des travailleurs, de tou(TE)s les travailleur(SE)s, sans discriminations.

Pour rompre avec la politique libérale, la CGT-Educ’action 93 appelle tous les personnels à manifester, tous ensemble, massivement et dans l’unité :

 


Mercredi 1er mai

15h à République, Tous ensemble !

Contre le fascisme

Pour la conquête de nouveaux droits sociaux et la prise en compte de nos revendications,

Pour la démocratie, la liberté et l’égalité

Retour à l'accueil ou pour adhérer au SDEN-CGT Educ'action 93